Dans une tribune parvenue à notre rédaction, le Dr Basile Ngono, philosophe, éthicien et enseignant à l’Ecole supérieure des sciences et techniques de l’information et de la communication (ESSTIC), propose la phronesis comme moyen d’irradier les savoirs, les savoirs faire en SIC. Camersic-infos vous propose le texte intégral.

Une des spécificités du numérique, c’est son caractère exponentiel. On connaît tous la loi de Moore selon laquelle les potentialités sont exponentielles. Avec toujours plus de données, d’informations échangées, la culture numérique est dans une dynamique très particulière du fait de cette potentialité exponentielle, de l’évolution très rapide d’une partie des pratiques, avec pour certains des questions de l’ordre du jusqu’où va cet exponentiel ? D’où la singularité.

Il y a d’autres choses qui ont cru de manière exceptionnelle. Aristote parlait de trois formes de connaissance : Épistéme, Techne et Phronesis. Épistéme, la connaissance du monde et la science ont cru exponentiellement et il y a cent fois de publications qu’il y a trois cents ans. Avec la loi de Moore, Techne connait une croissance exponentielle mais je ne suis pas sûr que Phronesis ait connu une croissance exponentielle équivalente.

Alors, puisque la plupart de nos contemporains connaissent bien ces concepts d’Episteme, Techne et Phronesis, même s’ils ne sont plus très répandus aujourd’hui, je finirai en citant T.S. Elliot qui disait “Où est passée la sagesse qu’on a perdu dans la connaissance ? Où est passée la connaissance qu’on a perdue dans l’information ?”. Je pense qu’aujourd’hui on pourrait dire Où est passée l’information perdue dans les données ?”. On a des technologies de la donnée et les technologies de l’information. Pour la connaissance, on n’est pas très bien équipé et pour la sagesse, je pense qu’on a quasiment rien. Néanmoins, on se pose des questions individuelles et civilisationelles ou mieux on devrait se les poser. Je pense que ces questions devraient être prises en compte par la communauté de chercheurs des sciences de l’information et de la communication de l’Esstic. Étant dans une ère de gloutonnerie, de gloutonnerie de données, dans quelque chose de l’ordre de l’anthropophage avec nous-mêmes, la phronesis doit irradier les savoirs, les savoirs faire, le savoir vivre ensemble et le savoir être. Un retour sur Aristote s’impose et du coup les apprentis sorciers seraient dangereux dans ce combat qui pose la question de notre anthropologie en contexte de gloutonnerie algorithmique.

Par le Dr Basile Ngono, enseignant de la philosophie pratique et de l’éthique appliquée à l’ESSTIC

 

Author:

Chancelin Wabo

web site:

/

Email:

chancelinwabo@gmail.com