Monsieur Thomas Mbarga Mekongo a soutenu publiquement au département de communication à l’Université de Douala (école doctorale Sciences sociales et humaines), le vendredi 21 janvier 2022 à 11h dans la salle SE 02 de l’ESSEC (bâtiment René Essomba), sa thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la communication (SIC).

La soutenance s’est déroulée en visioconférence devant un jury composé de : Richard Laurent Omgba (Pr, Université de Yaoundé 1, Président), Jean-Claude Mbarga (Pr, Université de Yaoundé 1, Directeur de thèse), Jacques Evouna (MC, Université de Maroua, Rapporteur), Jacques Yomb (MC, Université de Douala, Rapporteur) et Annette Angoua (MC, université de Douala, Membre).

La thèse de 589 pages intitulée : « Le vêtement comme vecteur de signification au Cameroun : pratiques vestimentaires des jeunes et représentations sociales », a pour objet d’étude le vêtement. L’objectif de la thèse est de « montrer que le vêtement en milieu jeune révèle une identité polymorphe et caractéristique du sujet jeune « glocalisé », qui met alors en surface ses inquiétudes, ses peurs, ses espoirs et ses valeurs, tout ce qui le subsume et le plongeant dans un tourbillon évanescent, particularité des transformations rapides qui charrient moult imaginaires parfois contradictoires, et généralement en déphasage avec les valeurs « locales » dont les institutionnels semblent être les garants ».

La recherche s’est articulée autour de la question centrale suivante : Comment est-ce qu’un sujet-vêtu au Cameroun (jeune garçon/fille) parvient à construire toute une stratégie expressive autour de ses choix vestimentaires dans un environnement où, les tenants des discours pudiques/moraux les qualifient instantanément d’indécent ?

Pour répondre à la question centrale, ainsi que les questions secondaires, l’impétrant a émis comme hypothèse centrale que tout individu s’exprime consciemment ou inconsciemment à travers son vêtement.

Du point de vue théorique, le thésard a mobilisé plusieurs courants : le postcolonialisme ; Les subaltern studies ; les Cultural Studies ; le courant postmoderne et les théories des représentations et imaginaires sociaux.

Les hypothèses émises par le candidat ont été vérifiées et parmi les résultats, il a noté le fait que la perception des pratiques vestimentaires au Cameroun, illustre bel et bien « le différentiel idéologique » qui découle de cet artefact qu’est l’objet vêtement et son port. D’où le constat selon lequel, les acteurs du vêtement (les jeunes garçons et filles) et le pôle institutionnel (les sept ministres) ont construit les logiques d’un conflit intergénérationnel.

Au cours de la soutenance, le jury a relevé quelques insuffisances du travail qui n’entachent en rien la qualité du travail. Il s’agit entre autres du choix des villes pour la collecte des données de terrain. Le candidat a choisi les villes de Douala, Yaoundé et Ebolowa. Les justifications de choix ont été trouvées limitées par le jury qui estime que ces villes ne sont pas représentatives du Cameroun cadre géographique de recherche. Le président du jury a estimé que le candidat en restant dans les villes choisies pouvait faire des catégorisations de la population cible, étant entendu que ces capitales régionales et villes cosmopolites on y retrouve des jeunes venant des quatre ères culturelles du Cameroun, pour ressortir les différentes significations des pratiques vestimentaires.

Après plus de trois heures d’horloge de soutenance, le candidat a eu la mention très honorable et le jury lui a décerné le titre de docteur en SIC.

Camersic-infos félicitent chaleureusement monsieur Mbarga Mekongo Thomas pour l’obtention de son doctorat et lui souhaite une bonne chance pour l’après thèse.

D’autres thèses seront soutenues dans les prochains jours, a-t-on appris de plusieurs participants à la soutenance du désormais Dr Thomas Mbarga.

Author:

Chancelin Wabo

web site:

/

Email:

chancelinwabo@gmail.com