Le 22 octobre 2021, Rowina Yann Nguimbis a soutenu son mémoire de Master en SIC intitulé : « Communication et protection de l’environnement : La réception des messages sur la protection et la conservation des mangroves dans le parc national Douala-Edéa », sous la direction du Pr Messanga Obama, Maitre de conférence (MC) en SIC à l’ESSTIC. Le jury était présidé par le Pr Jean François Nguegan et l’examinateur était le Dr Richard Awono. Dans un entretien accordé à Camersic-infos, elle revient sur les contours de sa recherche de Master.

Camersic-infos : Qui est Rowina Nguimbis ?

Réponse : Rowina Nguimbis est une camerounaise originaire de la région du littoral, la trentaine sonnée. Elle a d’abord une formation de journaliste, puis un master en Sciences de l’Information et de la Communication. Actuellement, son domaine de préférence est la communication digitale, où elle se forme en autodidacte.

Camersic-infos : Quel était l’objet de votre mémoire ?

Rowina Nguimbis  : L’objet de mon mémoire portait sur la réception des messages liés à la protection des mangroves, par les populations vivant dans le Parc National Douala-Edéa.  L’approche dans laquelle mon travail s’inscrit est celle de l’approche culturaliste ou « Cultural studies », initiée par trois chercheurs (Richard Hoggart, Raymond William et Edouard Thompson). La théorie évoquée est celle de « Encodage/ Décodage » développée par Stuart Hall. Pour mon mémoire j’ai adopté une démarche hypothético-déductive, parce que mon travail de recherche nécessitait la vérification d’hypothèses émises en amont, par différents outils de collecte de données. Dans le souci d’avoir des résultats les plus exhaustifs possibles, j’ai choisi d’utiliser une méthodologie multi-dimensionnelle. Plus concrètement, j’ai combiné plusieurs outils à savoir : L’observation directe, les méthodes quantitatives et les méthodes qualitatives.

Camersic-infos : Qu’avez-vous analysé ?

Rowina Nguimbis : Je me suis attelée à examiner les différents canaux utilisés pour la diffusion des messages relatifs à la protection de la mangroves, l’exposition des populations vis-à-vis de ces messages, la compréhension qu’ils avaient de ces messages et les potentiels facteurs de résistances face à  ces messages.

Camersic-infos : Quels sont les principaux enseignements de votre mémoire ?

Rowina Nguimbis : La rédaction de ce travail a été riche en enseignements. Le 1er est l’amélioration des connaissances sur l’écosystème des mangroves, sur lequel je n’avais que des connaissances superficielles avant d’y investir mes recherches.  Le 2ème est l’apprentissage de l’utilisation d’un logiciel d’analyse de données. Le corps enseignant de l’ESSTIC devrait impérativement former ses étudiants (surtout ceux de Master SIC) à l’analyse de données. On ne peut pas faire de recherche sans savoir analyser des données. Le 3ème enseignement concerne l’inadéquation entre les politiques adoptées par nos institutions et les réalités vécues par les populations. Trop souvent les mesures prises par les dirigeants ne prennent pas en compte le contexte social et économique des populations cibles. Ce qui explique en général, la dissonance entre les actions émises par les gouvernants et la réaction (résistance) des populations face à ces actions. La 4ème leçon apprise au cours de ce périple est que les aspects “communication” dans les stratégies environnementales ne font pas l’objet d’un réel suivi. Un facteur qui explique pourquoi les messages de sensibilisation ne semblent pas atteindre les cibles visées.

Camersic-infos : Quels sont les points qui mériteraient d’être approfondis dans un nouveau travail de recherche ?

Rowina Nguimbis : Le manque de données démographiques dans ma zone d’étude a presque été un handicap pour mon travail, dans la mesure où il fallait constituer un échantillon représentatif de la population étudiée. De façon arbitraire, nous avons choisi un échantillon de 100 personnes à interroger dans trois villages ciblés. Lors de ma recherche, j’ai constaté que jusqu’à 40% de mon échantillon disait n’avoir jamais participé aux réunions de sensibilisation organisées par les ONG, le MINFOF ou le MINEPDED. Déterminer la raison de cette abstention, pourrait, de mon point de vue faire l’objet d’une autre d’étude. Le cadre théorique utilisé pour mon mémoire était faible, selon les dires de mon encadreur. Il aurait fallu que je l’étoffe avec d’autres théories qui auraient donné à ce mémoire une dimension plus transversale.

Camersic-infos : Vous comptez approfondir ces points dans le cadre d’une thèse ?

Rowina Nguimbis : Si l’occasion m’en est donnée.

Camersic-infos : Merci d’avoir répondu à nos questions !

Rowina Nguimbis : Merci également à vous !

 

 

Author:

Chancelin Wabo

web site:

/

Email:

chancelinwabo@gmail.com