À l’occasion de la célébration des 30 ans de Canal+ Afrique, l’entreprise a invité l’artiste-musicien Locko, les artistes comédiens et humoristes Muriel Blanche, Ebenezer Kepombia (Mitoumba) et Ulrich Takam et bien d’autres. Dans une réflexion sur son Facebook, le samedi 04 juin 2022, l’enseignant-chercheur en SIC, Thomas Mbarga s’appuie sur cette actualité pour porter un regard analytique du choix égerique de certaines marques dans le contexte camerounais. Il déplore le mimetisme et la mêmeté égerique qui tue le sens de la créativité. Camersic-infos vous propose l’intégralité de la réflexion.

Les choix égériques à la renverse au Cameroun.

Qui a dit aux annonceurs, qu’être redondants dans le choix de certaines égéries, fait passer systématiquement le message voulu ?

Ce raccourci inquiète à plus d’un titre. Qui leur a dit, que faire recours aux mêmes individus, fussent-ils des stars du cinéma, du sport, de la musique…, contribue à infléchir les imaginaires des publics cibles ? Font-ils des études d’opinion comme critères de choix de ces égéries, pour une campagne de communication publicitaire ou une communication événementielle ?

J’ai la faiblesse de penser que non. Certains annonceurs au Cameroun semblent faire le choix de leur égérie au gré des affinités ou du buzz des réseaux socionumériques. Ce qui crée parfois l’effet de saturation, avec comme conséquence finale, la dissonance au niveau cognitif. La preuve, les noms qui reviennent abondamment sur les différentes publicités voire événementielles, donnent matière aux publics récepteurs, à se livrer à des échanges captatifs sur le vécu de ces individus, et très peu sur l’objet de la communication.

Il est facile de faire constater que certains discours qui retracent le vécu de ces égéries, suscitent des discours tels que :<<les deux sortent ensemble>>; <<on les invite déjà trop>>; <<Dubaï est doux>> ou <<nos influenceurs.ses de luxe, made in 237>>, etc.

L’un des critères fondamental de la communication, c’est également le volet créatif qui structure les codes liés, à la touche innovante qui rentre dans une publicité ou une communication événementielle. C’est également ce qui crée l’attrait.

Pour éviter une communication dissonante voire utopique (P. Breton), il faut nous éviter l’utilisation du << préfabriqué>> habituel (les mêmes figures souvent controversées) qui rend parfois indigeste, nos campagnes de communication endogène.

La communication ne tolère pas l’improvisation.

Dr Thomas Mbarga, PhD

 

Author:

Chancelin Wabo

web site:

/

Email:

chancelinwabo@gmail.com