Camille Owono, promotrice de « Ma Vision Ciné » a commis sur son compte Facebook, le 19 juillet 2022, une réflexion sur la promotion des œuvres cinématographiques. Elle pense que dans un stade embryonnaire du marketing cinématographique au Cameroun, il ne faut pas négliger les stratégies de diffusion. Autrement dit, les promoteurs, cinéastes et autres doivent être réalistes quant à la diffusion de leurs œuvres en teant compte des réalités contextuelles, marqué par le fait que des camerounais n'ont pas la connexion suffisante pour regarder les films et séries en ligne. C'est bien beau CINAF, YouTube et autres. Mais il faut être réaliste, une œuvre qui ne passe pas à la télé dans notre contexte a encore du chemin pour captiver la majorité. Camersic-infos vous propose de lire le texte ci-dessous.

On n’a pas besoin d’être un expert pour comprendre certaines réalités dû à la problématique sur la diffusion des œuvres cinématographiques.

Nous avons une population en majorité qui n’a pas la culture du streaming, arrêterons de dire que ça se passe aux États-Unis, en Europe etc. Vous n’êtes pas les Royaumes unis, mais belle bien le Cameroun qui a ses réalités.

La majorité des personnes qui regardent des séries se trouvent dans des foyers… La télévision est encore la clé pour la popularité d’une œuvre cinématographique et par conséquent permettre à la majorité de gagner.

J’aime a expliquer aux étudiants en occurrence ceux que j’ai rencontré à L’ESSTIC dernièrement avec des exemples simples : « Ma mère ne connait pas YouTube, parle lui de la série Madame Monsieur série elle connaît parce qu’elle regarde sur une chaîne de télé accessible à 60% des foyers au Cameroun et en Afrique. Parle lui de NDINGA elle ne connaît pas parce que ça passe sur Youtube ou encore sur une plate-forme de streaming. »

Les médias sociaux sont une continuité pour toucher une cible plus jeune, la génération Y qui est plus centré sur internet. Sinon les médias traditionnels en occurrence restent la base.

Comment est-ce que la série le REVENANT a-t-elle été populaire ? Comment la série ivoirienne MA FAMILLE a-t-elle été populaire ? Comment la série LES DEBALLEURS a-t-elle été populaire ? Pas avec internet encore moins avec la popularité sur les réseaux sociaux de x ou y… On s’adapte à l’air numérique aujourd’hui.

On a pourtant tous connu ces acteurs Ghanéens et Nigérians en regardant Nollywood.

Nous avons un réel problème de diffusion des œuvres cinématographiques sur le marché Africain, Camerounais en particulier.

 Vous pouvez être l’expert en stratégie de communication si vous ne touchez pas les bons diffuseurs selon votre cible ne vous attendez pas à un boom. A l’instar de la série LA NOUVELLE EPOUSE de Marcelle Kuetche qui a certainement eu des gens qui se sont auto proclamés expert en communication et elle a payé. La suite ? Une excellente série d’ailleurs.

Regarder 30 min chaque jour sur youtube pour un Camerounais il faut être assis financièrement parce que la connexion coûte un bras. Payez sur un site de streaming, il y a le moyen de paiement en ligne qui est une grosse difficulté.

Il faut comprendre son environnement, sa cible et ici le gros problème n’est pas la stratégie de communication, mais la stratégie de diffusion.

J’ai déjà eu à écrire ici sur l’achat des œuvres par les chaînes locales, je ne vais pas revenir dessus c’est un casse-tête chinois et ça il faut le résoudre.

Il y a tellement à dire, mais surtout il faut être concret proposer et agir.

© Camille OWONO

Promotrice Ma Vision Ciné

 

Author:

Chancelin Wabo

web site:

/

Email:

chancelinwabo@gmail.com