À travers une décision prise le 27 juin 2022, LOMBOBI Lille Irène est doctorante en SIC à l’université de Douala, au sein du laboratoire des Arts et de la Communication. Dans les colonnes de tabloïde en ligne, elle fait le bilan sur mémoire de Master recherche et évoque ses aspirations pour son aventure doctorale. Entretien avec Camersic-infos.

CI : Pouvez-vous, vous présenter à nos lecteurs ?

LLI : Je suis Lille Irène LOMBOBI, Doctorante en Communication de l’Université de Douala et parallèlement Media and Communication Officer à l’agence conseil de Communication et Marketing Publicity and Design.

CI : Vous êtes titulaire d’un Master recherche en SIC. Pouvez-vous nous présenter brièvement votre mémoire ?

LLI : J’ai soutenu en 2019 un mémoire de recherche en Communication des Organisations intitulé : « E.Communautés Culturelles et Mondialisation » qui mettait en exergue le danger de repli identitaire que présentent les E.communautés Culturelles pour le Cameroun.

Il était question pour nous dans ce mémoire, d’analyser ces E.communautés. Analyse qui consistait préalablement à élaborer leur processus de formation et de construction identitaire, ensuite de décrire leur mode de fonctionnement pour enfin rendre compte de leurs enjeux pour le Cameroun et proposer un moyen de régulation.

Ainsi, nous avons pu au travers des méthodes d’enquêtes qualitatives collecter les données nécessaires. Leur analyse nous a permis tout d’abord d’appréhender la e.communication informelle au travers des phénomènes de regroupements culturels sur les réseaux sociaux. Puis, de comprendre par ces phénomènes que Facebook est devenu pour les camerounais un outil de rassemblement des peuples culturels dispersés pour la promotion de leur culture et le développement de leurs territoires, un moyen de construction d’identités culturelles collectives également. Outre, il est un véritable lieu de confrontation de ces mêmes cultures et un terrain de bataille d’hégémonie pour leur émergence.

Cette bataille d’hégémonie quant à elle, est un véritable danger de repli identitaire féroce qui, non maitrisée, plongerait ce pays dans le chaos. Cependant, la communication pensée comme mode de gestion des relations sociales est le moyen indispensable pour la régulation de ces interactions culturelles à risque

CI : Comment êtes-vous arrivé à le réaliser?

LLI : La réalisation a été possible par l’encadrement de mon Directeur de Mémoire Pr Louis Roger KEMAYOU à qui je rends un vibrant hommage (bien que vivant) pour son abnégation et sa détermination à diriger ce travail. Mais surtout par mon engagement personnel à vouloir passer ce niveau.

Sans oublier les encouragements de mes proches (ma maman surtout) car vous savez, la recherche n’est facile y’a des moments de découragement mais je rends grâce à Dieu d’être parvenue à le faire.

CI : Qu’est-ce qui vous a motivé à poursuivre des études en études en thèse ?

LLI : Continuer en thèse n’est que le début d’une grande et belle aventure pour moi. Je suis passionnée par la recherche en Sciences de l’Information et de la Communication. Je connais tout de même les enjeux, mais c’est un défi que je me donne à moi-même.

CI : Quel est votre sujet de thèse ?

Le sujet sur lequel je reviens en thèse est intitulé : « Communication, Gouvernance et crises socio-politiques au Cameroun » Propulsant le champ de recherche un peu loin que celui du Master, nous voulons dans cette autre sujet étudier davantage l’incidence des moyens de communication sur le Cameroun, cette fois en ne se limitant pas seulement aux RSN, mais en  explorant les médias tant numériques (RSN) que traditionnels (TV, Radio, Presse).

 

CI : Merci d’avoir répondu à nos questions. Un mot de fin !

LLI : Merci à vous également et beaucoup de courage dans les activités de votre plateforme qui est très intéressante et utile pour acteurs du domaine des SIC.

Author:

Chancelin Wabo

web site:

/

Email:

chancelinwabo@gmail.com