A l’heure où la lutte contre le réchauffement climatique est devenue une priorité, Kenneth Nsah revient sur l’utilisation des langues dans la promotion du Bassin du Congo.

Il existe un consensus croissant sur le fait que nous avons besoin non seulement de la science et de la technologie, mais aussi des arts, des sciences humaines et sociales pour faire face à l’urgence climatique et environnementale anthropique mondiale qui menace actuellement le monde, y compris le bassin du Congo en Afrique centrale. En effet, il est (presque) impossible d’ignorer le Bassin du Congo quand on parle de la crise climatique et environnementale mondiale en cours.

Le bassin du Congo est incontestablement un point chaud géostratégique international en raison de sa riche diversité biologique et culturelle et de sa richesse minérale. L’importance géostratégique du bassin du Congo s’explique également de manière significative par son énorme capacité de séquestration du carbone et d’atténuation du climat à travers ses forêts tropicales humides et les plus grandes tourbières de la planète, absorbant environ 4 % des émissions mondiales de carbone.

Pour certains, le bassin du Congo a maintenant dépassé le bassin amazonien où les taux de déforestation sont plus élevés pour devenir le premier poumon de la Terre . Cela est dû aux niveaux relativement faibles de déforestation et à la découverte en 2017 des plus grandes tourbières du monde dans le bassin du Congo.

Pas de langue, pas de communication

Néanmoins, le bassin du Congo est enfermé dans ce que je pourrais appeler un dilemme climat-environnement, étant donné que le bassin n’est pas à l’abri du changement climatique, de la perte de biodiversité et de la dégradation de l’environnement, malgré son énorme potentiel d’atténuation du climat et de préservation de la biodiversité.

La bonne nouvelle est qu’en plus des solutions scientifiques et technologiques, les arts, les sciences humaines et sociales peuvent également contribuer à démêler ce dilemme climat-environnement dans le bassin du Congo. La communication environnementale, conçue dans les termes les plus larges pour inclure la communication, le journalisme, la littérature environnementale (abordée dans ma thèse de doctorat et ici ), et la diplomatie publique, entre autres, a un rôle central à jouer pour démêler ce dilemme.

Sans la langue, notons-le, il n’y aura pas de communication, y compris environnementale. Pour cette raison, et avec des idées tirées des humanités environnementales, notamment l’écocritique, la communication environnementale et l’ écolinguistique, je veux déballer le rôle de l’anglais et des langues locales dans la résolution de la crise climatique et environnementale, autrement appelée le dilemme climat-environnement, dans le bassin du Congo.

La langue est d’une nécessité absolue pour assurer à la fois la communication et la diplomatie climatiques internationales (tournées vers l’extérieur) et nationales ou locales (tournées vers l’intérieur) sur le bassin du Congo. A cet égard, je me concentrerai principalement sur la communication initiée par les acteurs nationaux tels que les activistes, les politiciens, les diplomates, les sociétés civiles, les ONGE, etc. dans le bassin du Congo, qu’elle soit tournée vers l’extérieur ou vers l’intérieur.

Où en est l’anglais dans la communication internationale sur le bassin du Congo ?

Jusqu’à présent, la communication internationale sur le climat, en particulier la diplomatie publique et le plaidoyer, sur le bassin du Congo se fait principalement en français. Et ceci pour des raisons évidentes. Les forêts tropicales humides du bassin du Congo s’étendent sur six pays d’Afrique centrale : le Cameroun, la République centrafricaine, la République du Congo (Congo-Brazzaville), la République démocratique du Congo (RDC ou Congo-Kinshasa), le Gabon et la Guinée équatoriale.

À l’exception du Cameroun – qui a l’anglais et le français comme langues officielles, avec une population majoritairement francophone et une population minoritaire anglophone – et de la Guinée équatoriale – qui a l’espagnol comme langue officielle, les quatre autres pays du bassin du Congo ont le français comme langue officielle.

Mais je soutiens qu’une communication environnementale et une diplomatie publique très limitées par le gouvernement et d’autres acteurs du climat en anglais sont en partie responsables de l’invisibilité internationale du bassin du Congo. Et cela inclut le financement climatique relativement moindre que le bassin du Congo attire. Pourtant, il n’y a aucun débat sur le statut établi de l’anglais en tant que lingua franca internationale. En effet, l’anglais est la principale langue de communication mondiale dans les domaines de l’éducation, de la science, de la technologie, de l’environnement, du climat, de la politique, de la diplomatie, etc.

Cela dit, permettez-moi de donner deux exemples de la portée considérable de la communication environnementale internationale sur le bassin du Congo en anglais. Premièrement, à mon avis, le jeune activiste climatique le plus connu internationalement en Afrique francophone est Rémy Zahiga de la RDCongo et il a principalement gagné ce statut en raison de son utilisation délibérée de l’anglais dans son activisme climatique. Dans un récent article sur LinkedIn, inspiré par sa participation à un panel au Forum sur l’interdiction nucléaire et à la première réunion des États parties qui s’est tenue à Vienne, en Autriche, du 18 au 22 juin 2022, Zahiga a admis que ne pas parler anglais pose un grand défi pour les jeunes activistes climatiques des pays africains francophones.

De plus, la plupart (mais pas tous) des autres jeunes activistes climatiques de renommée mondiale en Afrique viennent de pays anglophones comme l’Ouganda, le Kenya, le Nigeria et l’Afrique du Sud.

Deuxièmement, j’ai publié un article sur le rôle de la littérature dans la résolution de la crise climatique dans le bassin du Congo en mai de cette année (2022) dans The Conversation Africa en anglais et en français. Fin juillet 2022, l’article en anglais avait enregistré près de 6000 lecteurs tandis que l’article en français était encore en dessous de 1000 lecteurs. Un article français antérieur publié en 2019 était encore inférieur à 4000 lecteurs.

Cependant, d’après mon observation personnelle, les deux ministres de l’environnement les plus audibles au niveau international dans le bassin du Congo sont Lee White, ministre gabonais des forêts et de l’environnement, et Arlette Soudan-Nonault, ministre de l’environnement, du développement durable et du bassin du Congo du Congo-Brazzaville. Parmi les deux, seul Lee White – d’origine britannique – est bilingue en anglais et en français, tandis qu’Arlette Soudan-Nonault accorde toutes ses interviews internationales en français. Peut-être qu’avec l’admission récente du Gabon dans le Commonwealth of Nations on peut s’attendre à ce que l’anglais devienne bientôt une langue officielle au Gabon et s’ajoute à sa communication environnementale internationale et à sa diplomatie publique déjà visibles.

Il est étonnant que le Cameroun ne tire pas encore parti de son statut officiel bilingue en anglais et en français pour être le fer de lance de la communication environnementale internationale, du plaidoyer et de la diplomatie publique sur le bassin du Congo. Cela devrait comporter, par exemple, la nomination de ministres professionnellement bilingues en anglais et en français à la tête des départements chargés de l’environnement, du climat, de la foresterie, du développement durable et du bassin du Congo. Et prendre la tête de la diplomatie climatique internationale pour le bassin du Congo.

En effet, comme le Gabon, les autres pays du bassin du Congo, dont le Cameroun, devraient intensifier l’utilisation de l’anglais dans leur communication internationale sur le climat. Loin de prôner l’abandon du français, mon argument est que les pays du bassin du Congo gagneront davantage s’ils ne mènent pas seulement leur communication et leur diplomatie environnementales internationales en français et en espagnol, mais aussi de manière significative en anglais. Cela devrait s’appliquer aux institutions gouvernementales, aux activistes, aux chercheurs, aux organisations de la société civile, aux ONGE, aux propriétaires d’entreprises, etc.

Langues autochtones et locales pour la communication domestique ou locale

On nous rappelle constamment la nécessité de penser globalement et d’agir localement pour faire face à la crise climatique et environnementale en cours. En conséquence, il y a des éléments linguistiques importants que nous devons considérer en termes d’efforts intérieurs ou nationaux pour faire face à la crise dans le bassin du Congo et dans le monde.

Comme nous le rappelle l’écolinguistique, le changement climatique et la dégradation de l’environnement conduisent à la fois à la perte de la biodiversité et à l’extinction culturelle et linguistique. Pour cette raison, les efforts nationaux et locaux visant à la communication et à l’éducation environnementales dans le bassin du Congo doivent aller au-delà de l’utilisation de langues héritées de la colonisation comme l’anglais, le français et l’espagnol pour inclure des langues locales et autochtones comme le lingala, le lamnso, le fang, le batwa, le sango, le fulfulde, etc.

En fait, les gouvernements, les ONGE, les communicateurs, les éducateurs et les autres parties prenantes doivent investir dans la documentation, la préservation et le déploiement des langues autochtones et locales pour assurer l’éducation et la sensibilisation à l’environnement ainsi que l’identification et la promotion de systèmes et de pratiques de connaissances autochtones durables.

Au niveau transnational, des langues comme le lingala qui est largement parlé dans les deux Congo et le kiswahili qui est parlé en RDCongo et dans une grande partie du sud-est de l’Afrique devraient être utilisées autant que possible. Heureusement, le kiswahili a récemment été adopté comme l’une des langues officielles de l’Union africaine (UA). Il existe également des langues transnationales parlées à travers les frontières du Cameroun, de la République centrafricaine, du Congo-Brazzaville, du Gabon et de la Guinée équatoriale.

Au niveau national, au Cameroun par exemple, des langues largement parlées comme le pidgin english, le camfranglais et le fulfulde doivent être utilisées le cas échéant. En effet, aucune langue locale ou indigène ne doit être laissée derrière dans cette lancée. Il y a environ 300 langues ethniques parlées au Cameroun. De même, il y a environ 215 langues parlées en RDCongo. En bref, chacun des six pays du bassin du Congo possède de nombreuses langues autochtones et locales – par exemple, les langues des Baaka, des Batwa, des Bantu, des Tikar, etc. – qui devraient être utilisées à cette fin.

Et il est également important d’assurer la traduction et l’interprétation des informations et des connaissances environnementales des langues héritées de la colonisation comme l’anglais, le français et l’espagnol dans toutes les langues locales et autochtones. En fait, cela est impératif non seulement pour faire face à la crise climatique et environnementale, mais aussi pour que la science et les connaissances soient transmises aux peuples africains dans leurs langues ancestrales ou maternelles.

Cependant, la traduction et l’interprétation doivent également être réciproques afin de permettre la transmission des systèmes et des pratiques de connaissances locales et autochtones, en particulier celles qui sont plus protectrices de l’environnement et celles qui démontrent les mécanismes d’atténuation, d’adaptation et de résilience des populations, à un public mondial plus large. A cet égard, Ngugi wa Thiong’o en tant que fervent promoteur des langues africaines prône non seulement leur documentation et leur préservation mais aussi la traduction entre elles et ce qu’il appelle une triple politique linguistique.

En conclusion, il est crucial d’adopter une approche multilingue robuste qui inclut de manière significative l’anglais aux côtés d’autres langues héritées de la colonisation – telles que le français, l’espagnol et le portugais – pour la communication et le plaidoyer environnementaux internationaux. Cela doit aller de pair avec le déploiement des langues autochtones et locales – telles que le kikongo, le lingala, le pidgin english, le kikongo, le bassa, le baaka, le batwa, le fang, le fulfulde, le mbesa, le mendumba, le sango, etc. – pour une communication, une éducation et une sensibilisation climatiques tournées vers l’intérieur. Ce faisant, nous serons en mesure de tirer parti des pièces linguistiques afin de résoudre des problèmes climatiques et environnementaux et d’assurer le développement durable dans le bassin du Congo.

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Auteur :

Kenneth Nsah, alias Nsah Mala, est journaliste, auteur pour enfants, poète, écrivain, traducteur et spécialiste de la littérature qui travaille professionnellement en anglais et en français. Il a publié des articles journalistiques dans Times Higher Education (Royaume-Uni), The Conversation (Afrique et France) et ERA Environment (France/Comores). Sous son nom de plume Nsah Mala, il est l’auteur et codirecteur de nombreux volumes de poésie en anglais et en français. Et il a publié de nombreux articles et chapitres de livres évalués par des pairs sur des questions telles que la migration, l’environnement et le changement climatique dans une perspective littéraire interdisciplinaire. En 2022, Nsah a obtenu son doctorat en littérature comparée à l’Université d’Aarhus (Danemark) avec une thèse portant sur la contribution des textes littéraires à la résolution des problèmes climatiques et environnementaux dans le bassin du Congo.

Author:

Chancelin Wabo

web site:

/

Email:

chancelinwabo@gmail.com