Il y a 20 ans quand j'étais jeune Communicant, il suffisait de comprendre le fonctionnement des médias et de disposer de bons contacts dans le système pour réussir. Ma fine connaissance du monde des médias et mon riche réseau de journalistes étaient alors mes principaux atouts comme Manager des Relations Publiques ou même Relations Presse (RP).

Aujourd’hui, les Relations Publiques (RP) restent une démarche qui aide une entreprise ou un individu à cultiver une réputation positive auprès du public par le biais de diverses communications payantes ou non (paid and earned). Mais les nouvelles technologies ont profondément changé notre façon de travailler en intégrant toutes les réalités des médias sociaux, du Community Management à l’e-réputation, etc. autant de nouvelles frontières du risque réputationnel qu’il faut maîtriser.

Il y a vingt ans, les RP fonctionnaient par le biais des médias traditionnels et de l’engagement auprès des parties prenantes ; nous devons désormais prendre en compte le digital, le social media et l’influence, voire la réalité virtuelle. Contrairement à la télévision, à la radio ou à la presse écrite, les RP ont évolué et sont aussi pertinentes, sinon plus qu’il y a 20 ans.

L’une des principales difficultés rencontrées par les Dircom aujourd’hui est de trouver un équilibre entre les nouveaux médias (numériques et sociaux) et les médias traditionnels (télévision, radio, presse écrite). Un média traditionnel qui a comblé le fossé et fait le pont entre ces deux mondes c’est les Relations Publiques.

La finalité de la communication est dans sa capacité à faire évoluer des opinions et des comportements, sans contrainte. L’influence n’est rien d’autre que cela. Les marques utilisent les influenceurs et d’autres outils d’engagement pour se rapprocher des consommateurs à une échelle plus personnelle.

« Pour être influent, il faut accepter d’être influencé ».

Il est donc urgent de déconstruire la vision purement “descendante” de la communication pour développer une approche plus inclusive, plus interactive, une relation plus mutuellement bénéfique basée sur l’agenda de la communauté et pas seulement celui de l’entreprise, et plus incarnée par les employés, les experts et les dirigeants.

J’observe que les Relations Publiques font toujours ce qu’elles faisaient il y a un siècle à savoir ” promouvoir une image de marque ainsi qu’un message positif. “, mais qu’elles utilisent désormais des outils et des techniques du 21e siècle pour faire passer le bon message.

Alexandre Siewe Leupi

Forward-thinking and proactive Strategic Communication Consultant | communication strategy and policies, branding and PR / social media strategy, Private and public media

 

Author:

Chancelin Wabo

web site:

/

Email:

chancelinwabo@gmail.com